Famille botanique : Myrtaceae

Giroflier : Les bienfaits

Eugenia caryphyllus (C. Spreng) Bull et Harr.

<p>Le Giroflier est un grand arbre à feuilles persistantes originaire des îles Moluques. Connue sous le nom de « clou de girofle », cette précieuse épice fut longtemps le monopole des marchands hollandais. Les "clous de girofle" recèlent une teneur exceptionnelle en huile essentielle (18 à 20%) notamment en eugénol à l’origine de son odeur épicée. L’huile essentielle issue des boutons floraux ou « clous » du Giroflier est obtenue par distillation complète. En plus de l’eugénol, les molécules principales sont l’acétate d'eugényle et le β-caryophyllène. Déjà, la médecine arabo-persane l’utilisait afin de soulager les douleurs dentaire et stomacale.</p>

<p>Des études confirment les actions anti-infectieuses majeures à large spectre ainsi que l’action anti-inflammatoire de l’eugénol contenu dans l’huile essentielle de Giroflier. L’huile essentielle de Giroflier aide ainsi à réduire les affections de la sphère buccale et les infections respiratoires. D’autres études mettent en évidence ses actions analgésique, antalgique, immunomodulante et anti-oxydante. Elle présente aussi des propriétés en tant que spasmolytique dans la sphère digestive.</p>

Les informations proposées font souvent référence à un usage médicinal traditionnel et sont issues des références bibliographiques ci-dessous. Elles ne s'appliquent pas aux produits présentés.

  • Aide à lutter contre les affections de la sphère buccale (douleurs dentaires, gingivites, aphtoses),
  • Aide à soulager le mal de gorge,
  • Participe à réduire les infections respiratoire, urinaire et intestinale,
  • Contribue à soulager les douleurs articulaires.

 

Ces conseils sont issus de l'état actuel des connaissances scientifiques mais ne mettent en aucun cas en avant l'usage d'un produit qui doit toujours faire l'objet du conseil d'un professionnel de santé.

Giroflier : caractéristiques, bienfaits, vertus et propriétés

Conseils

Ces conseils sont issus de l'état actuel des connaissances scientifiques mais ne mettent en aucun cas en avant l'usage d'un produit qui doit toujours faire l'objet du conseil d'un professionnel de santé.

Les formules sont communiquées avec un compte-goutte délivrant 40 gouttes environ par ml. À adapter selon l’information notée sur le packaging de votre huile essentielle.

En cas d’aphtes réguliers.
. Par voie orale : Verser 2 gouttes, 2 fois par jour, sur un sucre ou dans une cuillérée de miel.
. Par voie cutanée : Verser 1 goutte sur un coton tige et appliquer sur l'aphte, répéter 3 fois par jour au maximum.

Pour soulager les maux de gorge.
. Par voie orale : Verser 1 goutte d’huile essentielle de Giroflier avec 1 goutte d’huile essentielle de Citronnier dans une cuillérée de miel, à renouveler 3 à 4 fois par jour pendant 2 jours puis diminuer progressivement en fonction de l’amélioration. Ne pas dépasser 1 semaine de prise.
L’huile essentielle de Giroflier peut être associée à des huiles essentielles de Lavande fine, Menthe poivrée, Cannelier de Chine et Thym vulgaire à thymol ; à privilégier sous la forme de mélange prêt à l’emploi, en capsules à prendre avec un grand verre d’eau.

En cas d’affections respiratoires.
. Par inhalation humide : L’huile essentielle de Giroflier peut être associée à des huiles essentielles de Menthe poivrée, Romarin à 1,8-cinéole, Lavande fine ; à privilégier sous la forme de mélange prêt à l’emploi.

Précautions d'emploi

Pour adulte et enfant de plus de 6 ans. Ne pas utiliser chez les enfants sans l'avis d'un professionnel de santé. Ne pas utiliser chez les femmes enceintes ou allaitantes et les personnes ayant des antécédents épileptiques ou des tendances allergiques. L’usage régulier est déconseillé. Ne pas utiliser de manière prolongée. 

. Voie orale : Réservé à l’adulte. Déconseillé en cas d'allergie au clou de girofle ou au baume de Pérou. Demander conseil à un professionnel de santé en cas de troubles gastriques ou de troubles de la coagulation du sang, en cas de prise concomitante d'anticoagulants ou antiagrégants plaquettaires.
. Voie cutanée : Réservé à l’adulte. En dilution dans une huile végétale à maximum 10%. Dermocaustique, risque d’irritation de la peau et des muqueuses.
. Diffusion : Seule ou en mélange avec une ou plusieurs huiles essentielles. Respecter les conseils d’utilisation de votre diffuseur.
. Inhalation sèche : Usage contre-indiqué.

Les huiles essentielles nécessitent des précautions d'utilisation. Demandez conseil à votre pharmacien. Respecter les précautions d'emploi et ne pas dépasser les doses journalières recommandées sur les fiches produits.

Références bibliographiques

. Du bon usage de l’aromathérapie, connaître et utiliser les huiles essentielles, Dr Jacques Fleurentin, éditions Ouest-France, 2019, 235 pages.
. Le Guide Terre Vivante des huiles essentielles, Dr Françoise Couic-Marinier, Dr Anthony Touboul, 2e édition, éditions Terre Vivante, 2020, 477 pages.
. Le guide Marabout des huiles essentielles : se soigner par l’aromathérapie au quotidien, Dr Fabienne Millet, éditions Marabout, 2010, 347 pages.
. Encyclopédie participative et collaborative en phytothérapie, aromathérapie et gemmothérapie, Dr Jean-Michel Morel et coll., http://www.wikiphyto.org
. Ahmad N. et al., 2005. J. Drug Target. 13, 555–561.
. Bandara H.M.H.N. et al., 2017. Expert Rev. Anti Infect. Ther. 15, 299–318.
. Capasso R. et al., 2000. Fitoterapia 71, S131–S137.
. Carrasco F.R. et al., 2009. J. Pharm. Pharmacol. 61, 961–967.
. Chaieb K. et al., 2007. Phytother. Res. 21, 501–506.
. De Billerbeck V.-G., 2007. Phytothérapie 5, 249–253.
. Gaysinsky S. et al., 2005. J. Food Prot. 68, 2559–2566.
. Ghelardini C. et al., 2001. Il Farm. 56, 387–389.
. Han X. et Parker T.L., 2017. Pharm. Biol. 55, 1619–1622.
. Jirovetz L. et al., 2006. J. Agric. Food Chem. 54, 6303–6307.
. Lee K.-G. et Shibamoto T., 2001. Food Chem. Toxicol. 39, 1199–1204.
. Lisin G. et al., 1999. Acta Hortic. 283–288.
. Nisar M.F. et al., 2021. Oxid. Med. Cell. Longev. 2021, 1–14.
. Pérez-Conesa D. et al., 2006. J. Food Prot. 69, 2947–2954.
. Santin J.R. et al., 2011. Naunyn. Schmiedebergs Arch. Pharmacol. 383, 149–158.