Comment calmer les crampes pendant les règles ?

Sommaire

- Règles douloureuses : d’où viennent les crampes ? 
- Les crampes menstruelles : vous connaissez, vous en parlez !
- Crampes menstruelles, que faire tout de suite ?
- Crampes menstruelles, comment les éviter ? 
- Quand est-ce que les crampes menstruelles ne sont pas normales ?
- Faire la différence entre dysménorrhée primaire et secondaire
- Mieux connaître l’endométriose
- La sophrologie pour soulager les crampes des règles
- Le yoga pour soulager les crampes des règles
- Des extraits de plantes contre les crampes de règles

 

Règles douloureuses : d’où viennent les crampes ?

« Durant la période des règles » explique le Dr Jean-Michel Morel, médecin spécialiste en phytothérapie et aromathérapie, « il est très fréquent que la femme ressente des douleurs, qui sont très variables d’une femme à l’autre et d’un cycle à l’autre. Il faut noter que les dysménorrhées, ou règles douloureuses, sont souvent en lien avec les règles précoces et des règles abondantes. En cause parfois une perturbation des hormones féminines, un excès de production de prostaglandines… Vous avez sûrement déjà entendu parler de ces substances ? Produite naturellement à la fin du cycle, lorsqu’il n’y a pas de grossesse, les prostaglandines permettent à l’utérus de se contracter afin d’expulser l’endomètre. Au niveau utérin, la contraction des petits vaisseaux, permettant à la paroi de se décoller, limite l’apport en oxygène du muscle. Une douleur spasmodique apparaît alors. Même si elle est sans gravité, la douleur des règles ne doit pas être banalisée. Il existe beaucoup de solutions pour soulager les crampes menstruelles. » 

 

Les crampes menstruelles : vous connaissez, vous en parlez !

Ghislaine, 38 ans : 

« Je fais beaucoup de jogging et d’escalade. Les crampes, j’y suis habituée ! Pendant mes règles, pour limiter les crampes abdominales, je fais attention à bien m’hydrater et je fais des étirements pour garder mon ventre souple et détendu. Les massages aident aussi à bien faire circuler le sang et à amener l’oxygène nécessaire aux muscles. »  

Candice, 25 ans : 

« Le premier jour de mes règles est le pire. Je ressens une forte pression au niveau du périnée et de temps en temps des crampes fugaces qui me traversent tout le ventre. J’ai remarqué que lorsque je me raidissais pour lutter contre la douleur, elle ne faisait qu’empirer. Si je me relâche et respire plus profondément, les crampes passent beaucoup plus vite. » 

Alice, 35 ans : 

« Sur les conseils de ma pharmacienne, je fais régulièrement des cures de magnésium. Je pense que ce traitement de fond m’aide à être moins crispée de manière générale et à mieux gérer la période des règles. » 

 

Crampes menstruelles, que faire tout de suite ?

- Prendre immédiatement son traitement habituel pour la douleur, 
- Mettre du chaud sur le ventre : bouillotte, bain ou douche chaude, 
- Faire des exercices d’étirements ou marcher pour réduire la tension musculaire et favoriser l’oxygénation des muscles, 
- Se relaxer en respirant calmement et profondément, 
- Faire des massages doux du ventre, 
- Éviter la caféine, théine, tabac et alcool, 
- Manger léger, pas trop gras ni trop salé… 

 

Crampes menstruelles, comment les éviter ?

- En ayant une bonne hygiène de vie tout simplement ! Il est reconnu que le tabac, l’alcool, un manque de sommeil, le stress, une alimentation déséquilibrée, la sédentarité… accentuent la douleur des règles. Certaines femmes constatent même que la douleur des règles est nettement moins gênante pendant les périodes de vacances, lorsqu’elles sont plus reposées et ont davantage le temps de s’occuper d’elles.  

- En ayant sous la main le traitement qui va bien ! Ce n’est pas parce que la douleur passe qu’il ne faut pas s’en soucier. Toute douleur mérite d’être correctement traitée. Ne pas hésiter à en parler à son médecin, son pharmacien, son gynécologue. Il est fréquent que les traitements naturels se montrent aussi efficaces que les traitements classiques, notamment les formules spéciales « règles douloureuses » à base de plantes.  

- En ayant l’habitude, par la pratique sportive, de travailler la souplesse et la mobilité de la sphère abdominale (vélo, natation, méthode Pilates, yoga…) 

- En ayant travaillé en amont avec l’ostéopathie ou l’acupuncture, la vascularisation des organes, la levée des rétentions et des résistances sur le plan émotionnel… tout ce qui peut favoriser le bon fonctionnement de l’organisme et en particulier du bas ventre. 

- En ayant prévu d’alléger sa journée ! Le repos étant le meilleur remède durant la période des règles, si cela est possible, on peut en user et en abuser. Le monde de l’entreprise bouge dans ce sens-là en Europe : les congés menstruels commencent à se développer dans certaines entreprises. À suivre de près ! 

 

Quand est-ce que les crampes menstruelles ne sont pas normales ?

Plus de la moitié des femmes ressentent des crampes durant leurs règles, plus ou moins fortes selon les cycles. La douleur peut être considérée comme normale quand de petites contractions utérines accompagnent le début de règles et sont rapidement calmées par la prise d’un traitement. Les douleurs anormales sont celles qui résistent aux traitements habituels et perturbent fortement le quotidien : absentéisme, isolement, malaises, vomissements… 

 

Faire la différence entre dysménorrhée primaire et secondaire

Le Dr Jean-Michel Morel explique : « la dysménorrhée primaire, comme son nom l’indique, arrive assez tôt dans la vie d’une jeune femme, souvent quelques mois après ses premières règles. On remarque que cette douleur, sous forme de crampes, accompagnant les premiers jours de règles, a tendance à s’atténuer nettement avec le temps, notamment après une grossesse. La dysménorrhée secondaire s’installe à l’âge adulte chez une femme qui n’avait pas de règles douloureuses jusqu’à présent. La douleur peut durer toute la durée des saignements. Des symptômes associés peuvent être extrêmement perturbants : nausées, fatigue, anxiété, maux de tête… Il faut alors chercher une pathologie sous-jacente : endométriose, polype, fibrome, infection, etc. Un accompagnement médical doit permettre de poser un diagnostic au plus tôt. » 

 

Mieux connaître l’endométriose

L’endométriose est une maladie fréquente qui toucherait 10% des femmes. Un tissu semblable à celui de l’utérus vient se développer sur ou autour des organes de la cavité pelvienne. Il obéit aux mêmes règles que l’endomètre : selon la période du cycle, il se développe, puis tente de se détacher au moment des règles. Ne pouvant être correctement évacué, ce tissu provoque des inflammations, des lésions, des adhérences. Des crampes menstruelles très douloureuses, relativement étendues et qui durent longtemps, doivent vraiment alerter. L’endométriose est une maladie chronique, dont la progression peut être limitée grâce à des traitements précoces. D’où l’importance de libérer la parole autour du sujet des règles douloureuses : une douleur qui doit être exprimée, entendue et prise en charge. 

 

La sophrologie pour soulager les crampes des règles

Par son approche psychocorporelle, la sophrologie est une méthode qui vise à mieux équilibrer les sensations corporelles, les ressentis émotionnels et les pensées. La sophrologie propose des outils précieux pour aider à soulager les crampes abdominales et à vivre plus sereinement l’inconfort autour des règles. Voici 3 petits exercices de sophrologie à tester au moment des règles. 

Je m’installe confortablement sur un canapé ou sur un fauteuil et je ferme les yeux. Je pose les deux mains sur mon ventre. J’accueille toutes les sensations présentes dans mon bas-ventre. J’inspire lentement (sur environ 5 secondes) en visualisant l’ensemble de mon appareil génital. J’expire lentement (sur environ 5 secondes) en accompagnement le travail d’évacuation de l’endomètre avec bienveillance. Pour m’aider, sur l’inspiration je peux prononcer mentalement « mon utérus » et sur l’expiration « se libère tranquillement ». Accompagner la douleur, et non lutter contre elle, est souvent gagnant. 

- Pour relâcher les tensions

Je m’installe confortablement sur un canapé ou sur un fauteuil et je ferme les yeux. Je respire calmement tout en détendant les traits de mon visage, en abaissant mes épaules, en relâchant mon périnée. Je tourne mon attention vers mon ventre. Quand j’inspire, je contracte doucement mon ventre, je suspends mon souffle quelques instants, puis j’expire fortement avec la bouche en relâchant en profondeur ma région abdominale et pelvienne, autant que possible. Je fais ainsi plusieurs cycles de contraction/détente. 

- Pour soulager la douleur

Je m’installe confortablement sur un canapé ou sur un fauteuil et je ferme les yeux. Je laisse mes idées passer sans chercher à les retenir. Je porte mon attention sur mon ventre et identifie un endroit agréable, non endolori. Je me concentre pleinement sur cet endroit et imagine qu’il en émerge une source. Eau chaude ou fraîche, eau bouillonnante ou douce, comme il me plaît. Chaque fois que j’expire, je fais grandir un peu plus cette source et chaque fois que j’expire je laisse cette eau se diffuser un peu plus à l’intérieur de mon ventre… dans tous mes tissus, surtout ceux qui en ont le plus besoin. Petit à petit, la sensation agréable prend le dessus sur la douleur. 

 

Le yoga pour soulager les crampes des règles

- La posture de l’enfant

J’installe un tapis sur le sol dans un endroit calme. Je me mets à genoux sur le tapis et je m’assois sur mes talons. Puis je me penche vers l’avant et posant mon front sur le tapis et en étirant mes bras vers l’avant. Je respire tranquillement. J’en profite pour orienter ma conscience vers des pensées positives : des personnes qui me sont chères, un beau paysage, un projet qui m’anime…

Cette posture est connue pour aider à soulager le stress et à détendre le corps et l’esprit. Se pencher vers l’avant permet aux muscles de la région lombaire, des hanches et des cuisses de s’étirer. La pression sur la région pelvienne se trouve allégée.

- La posture du bébé heureux

J’installe un tapis sur le sol dans un endroit calme. Je me couche sur le dos, puis j’attrape mes pieds avec mes mains en maintenant mes genoux pliés. Mon dos reste collé au tapis. Cette posture favorise la relaxation et vient étirer les muscles du bas du corps. Elle permet durant les règles d’estomper les crispations et de travailler la souplesse. Plus largement cette posture aide à la digestion et au soulagement des crampes abdominales. Une façon de se réapproprier son corps de manière douce et agréable… peut-être en imaginant revenir à l’âge des premiers babillements !

- La posture du papillon

J’installe un tapis sur le sol dans un endroit calme. Je m’assois en tailleur sur le tapis en maintenant mes pieds avec mes mains. Je tiens mon dos bien droit et je respire lentement et profondément en pleine conscience : sentir l’air qui rentre par mon nez, son odeur, sa température, sa texture… Cette posture, au moment des règles, aide à soulager les tensions lombaires et à soulager les crampes abdominales en stimulant la circulation sanguine dans les zones abdominale et pelvienne.

- La posture de l’œuf

J’installe un tapis sur le sol dans un endroit calme. Je me couche sur le dos puis je viens me mettre en boule, mes bras entourant mes jambes repliées. Je ne crispe pas, je garde juste la tension nécessaire pour tenir la posture, mais rien de plus. Je peux bouger très légèrement pour masser doucement mon dos au contact du tapis. Je vis ce moment comme un temps de repos et de récupération, en m’imaginant être un bourgeon prêt à éclore ! Cette posture recroquevillée a un effet réconfortant et calmant. Par la suite, je peux aussi laisser mes genoux pliés tomber sur un côté, puis de l’autre, tout en maintenant mes épaules collées contre le tapis. Ce mouvement de bascule vient étirer en douceur les muscles de mon bassin. 

 

Des extraits de plantes contre les crampes de règles

Naturactive propose un complément alimentaire conseillé en cas de règles douloureuses qui associe deux extraits concentrés de plantes BIO : un extrait de Grande camomille qui favorise le confort menstruel et un extrait d’Achillée millefeuille qui apaise les crampes menstruelles, avec des effets perçus en moins d’une heure pour 93% des utilisatrices(étude en conditions d’usage - 91 personnes - 1 à 3 gélules par jour).

 

Envie d'un accompagnement 100% individualisé en santé naturelle ? 
Réalisez gratuitement votre bilan grâce au Phyto’scope™ sur le site naturactive.fr.