Vous êtes ici

Massage et santé – Massage et bien-être

Massage et santé – Massage et bien-être

Pratique thérapeutique parmi les plus anciennes en usage dans le monde, le massage reste avant tout un geste médical, particulièrement précieux en traumatologie.
C’est aussi une incomparable source de bien-être, à explorer par soi-même au quotidien.

Naturactive : — Quelle place faites-vous au massage dans votre pratique professionnelle ?
Jean-François Boulhic : — Le toucher fait partie de mon métier de masseur-kinésithérapeute. C’est dire si le massage occupe une place importante dans notre pratique – qu’il soit à des fins thérapeutiques, décontracturantes, ou relaxantes. Notez que notre arsenal thérapeutique comporte des interventions aussi diverses que la mobilisation, la respiration, le conseil diététique, le travail mental et la mise en place d’auto-traitement. Cet enrichissement de notre compétence nous donne accès aux domaines pathologiques les plus distants d’une simple activité de masseurs.
 
– Il existe différentes méthodes de massage ?
– Parmi les techniques réservées aux professionnels de santé, on peut citer le massage traditionnel chinois, le drainage lymphatique, dans le cadre sportif le massage de préparation et de récupération, etc.
 
– Pour lesquelles êtes-vous amené à utiliser des huiles de massage ?
– Pour ma part, en règle générale, je préfère pratiquer à mains nues, toutefois j’en utilise dans le massage sportif.
 
– Parlez-nous du massage chinois…
– Le principe général repose sur la dualité à l’origine de toute chose, dénommée yin yang - ce que l’on peut traduire dans le langage scientifique actuel par les termes énergie-matière. Dans la pensée chinoise, toute pathologie se manifeste par une rupture d’équilibre au sein de cette dualité. L’analyse de ce déséquilibre va guider l’action du thérapeute. Les moyens à notre disposition sont variés. Nous pouvons agir par la technique du massage, comme le fait le médecin acupuncteur avec ses aiguilles ; le massage intervient sur des zones, sur des axes énergétiques, mais également sur des points traditionnels d’acupuncture.
 
– Quelles sont les limites de ces pratiques ?
– Le massage a des contre-indications. Par exemple, on ne masse pas un hématome, une déchirure, ni une région en période inflammatoire. On ne pratique pas un drainage lymphatique en cas d’infection ou de fièvre, ni chez une femme enceinte avant 3 mois... C’est une des raisons pour lesquelles il est exclu de s’improviser thérapeute.
 
 – Dans quels domaines de la vie quotidienne la pratique du massage peut-elle apporter le plus de bénéfices ?
– Le massage est bénéfique surtout dans les situations de stress ; son action sur les circuits d’énergie aide à dissiper les tensions accumulées. Nous avons déjà parlé de sa place importante dans le sport, en particulier dans la récupération après l’effort.
 
– Vous insistez sur les implications médicales de votre activité. Donc vous déconseillez le massage « sauvage » ?
– Tout à fait. Ne tentez pas de pratiquer en amateur, y compris sur vos proches. Veillez aussi à ne pas vous confier à des mains incompétentes. Seul un masseur-kinésithérapeute connaît les techniques pour ne pas nuire. Il ne s’agit pas de corporatisme ; simplement, il y a des règles à respecter, même pour un massage relaxant. En effet, un geste qui semble anodin peut se révéler désastreux. On verra par exemple une enflure du bras (lymphoedème) déclenchée par une manœuvre intempestive.
 
Néanmoins il existe toutes les possibilités de se masser soi-même ?
–  Oui, c’est ce que nous appelons l’automassage : quelques gestes simples, à pratiquer sans risque sur vous-même. N'hésitez pas demander conseil à votre kinésithérapeute qui vous indiquera les bonnes méthodes.

Ajouter à mes favoris

Articles associés