Vous êtes ici

4 raisons de bien dîner pour bien dormir

Dr Patrick Aubé, Omnipraticien à orientation acupuncture et phytothérapie.
 « Le sommeil n’est pas une planète étrange, un temps mort où rien ne se passe. Notre organisme reste en activité » explique notre expert, le Docteur Aubé. C’est pourquoi le dîner, sans surcharger l’appareil digestif, doit apporter tous les nutriments nécessaires à une bonne nuit.

Astuce n°1 pour bien dîner et bien dormir : Ralentir la machine

Le soir, l’organisme doit réduire l’effet « chaudière », c’est-à-dire la dépense énergétique qui le tient en éveil. Tout ce qui contribue au réchauffement de l’organisme va à l’encontre d’un bon endormissement et perturbe le sommeil : le sport en soirée, une chambre surchauffée, la digestion d’un repas lourd, copieux ou arrosé. Au dîner, mangez donc raisonnablement, en incluant toutes les familles d’aliments. Petit bémol pour les protéines tout de même ! À cause de ses fibres longues, difficiles à digérer, la viande rouge se consomme plutôt à midi. Le soir, privilégiez les œufs, les poissons ou les volailles. De manière générale, il est recommandé de dîner au moins deux heures avant de se mettre au lit.

Astuce n°2 pour bien dîner et bien dormir : Se détendre pour mieux s’endormir

La production de sérotonine, qui entre en jeu dans le processus d’endormissement, est favorisée en partie par l’apport d’aliments riches en glucides, mais également en tryptophane (céréales complètes, légumes secs, graines de citrouille, noix, amandes…). De même, le taux d’oméga 3 aurait un impact positif sur la qualité du sommeil. On en trouve dans l’huile de colza ou de lin, les maquereaux, les sardines, etc. Pour une détente complète, consommez en tisane ou en formules de phytothérapie, des plantes digestives et relaxantes à la fois, telles que la Mélisse, le Fenouil et la Menthe. Bien entendu, dans une chambre sans bruit, sans lumière et sans appareils connectés, le sommeil viendra plus facilement.

Astuce n°3 pour bien dîner et bien dormir : Assurer une activité de veille

Il faut bien comprendre que le sommeil n’est pas le repos pur et simple de l’organisme. Mis à part le système ostéo-articulaire, tout notre corps continue de fonctionner. La tendance aux repas du soir légers (une salade ou une soupe) va à contresens des réels besoins de notre organisme. Seuls des glucides lents, pris au dîner, peuvent assurer pendant les 10 ou 12 heures du jeûne nocturne, une assez bonne couverture énergétique de notre organisme, et en particulier de notre cerveau. C’est pourquoi les pommes de terre, le riz, le quinoa, les pâtes, les lentilles, les pois chiches… doivent représenter 50 % de l’assiette de votre dîner. Bien rassasié, vous évitez la fringale de quatre heures du matin, et le pic insulinique majeur qui amène votre corps à stocker au maximum le petit déjeuner du lendemain.

Astuce n°4 pour bien dîner et bien dormir : Éviter les situations d’inconfort

La position allongée ralentit le transit. Aux intestins paresseux, je recommande de compléter leur assiette par des fibres, qui auront pendant la nuit une action douce sur le fonctionnement intestinal. Évitez tout de même les fibres dures non digestibles (blettes, asperges…) et les aliments acides ou trop épicés qui peuvent être irritants. Je remarque que de plus en plus de personnes souffrent le soir de renvois ou de brûlures au niveau de l’œsophage. Avant de se tourner vers un traitement contre l’acidité, on peut commencer par réduire le volume de liquide au moment du dîner (potage, boissons…) et favoriser les aliments riches en amidon (lentilles, pâtes…).

Ajouter à mes favoris

Articles associés