Vous êtes ici

 Du côté des spécialistes de la voix

conseils pour préserver sa voix

Le Dr Orietta Calcinoni, médecin spécialiste en oto-rhino-laryngologie et en phoniatrie, responsable du service ORL du Théâtre de la Scala de Milan, livre de précieux conseils aux chanteurs professionnels mais aussi à ceux qui utilisent leur voix au quotidien (professeurs, avocats, guides conférenciers…).
 
Naturactive : - Les chanteurs professionnels sont particulièrement exposés aux troubles et aux pathologies de la voix. Quels sont les risques ?
Dr Orietta Calcinomi : - La voix est la fonction qui distingue les êtres humains de tous les autres êtres vivants. Ainsi, dès les temps les plus anciens, une bonne voix avait une importance extraordinaire. Nous ne saurions rien d'Achille, d'Ulysse ou d'Arthur s'il n'y avait eu les trouvères pour les chanter.
Aujourd'hui, j'estime qu'il y a trois principaux risques de pathologie de la voix chez les professionnels.
 
Tous, nous parlons, nous chantons, mais en général, nous ne sommes pas des professionnels. Il peut sembler facile d'imiter de façon approximative le passage d’une chanson ou un chanteur. Bien différent est d'avoir appris comment le chanter toujours au même niveau, même plusieurs fois de suite. Comme dans le sport, nous pouvons altérer ce délicat mécanisme de coordination neuromotrice. Ce risque est fréquent chez les étudiants, chez les semi-professionnels, chez ceux qui affrontent les auditions, sans préparation adéquate. Il est assez rare que cela arrive à des professionnels qui ont appris à percevoir et à gérer les signes de fatigue et d'altération.
 
Le deuxième risque, plus commun, tant chez les professionnels que chez les amateurs, est de penser à la voix comme pur effet du mouvement des cordes vocales ; comme si nous pensions au pied d'un footballeur ou à la main d'un basketteur comme l'unique partie de leur corps engagée dans le résultat professionnel. Une pathologie vocale peut se développer pour raisons alimentaires (incluant une prise non convenable de médicaments par exemple), pour raisons hormonales, pour une altération des biorythmes ou un surmenage persistant…
 
Troisième risque, spécifique aux professionnels, le rythme du monde du spectacle à notre époque. Les voyages sont brefs et un professionnel peut être engagé aujourd'hui à Milan, après-demain à Rio de Janeiro ou à Tokyo et en fin de semaine à Londres ou à New York.  Une fois rendus, essais d'enregistrements, essais de costumes ou de vidéo, maquillage, interviews réduisent en général au minimum les temps de repos. Le spectacle prévoit des prestations toujours plus dynamiques, même dans la musique lyrique, qui associent le travail physique au travail vocal déjà prévu. Et après le spectacle, le temps des repas et du sommeil se situe dans le voyage suivant. Le chanteur professionnel doit pouvoir s’adapter rapidement.
 
Comment définir un bon usage de la voix ?
Cela signifie connaître les capacités, les nécessités, les limites et en particulier le temps de repos nécessaire et suffisant pour éliminer le malaise initial. Pour un professionnel, le bon usage de la voix signifie le respect de son propre instrument et l'étude de son meilleur usage en vue d'en développer et d'en maintenir ses propres possibilités dans un mode ergonomique.
 
Pour ceux qui utilisent leur voix au quotidien, quelles sont les mesures de prévention ?
Avant tout, la voix est air. Une fonction respiratoire intègre au niveau des voies aériennes hautes et basses est la condition essentielle pour une bonne portée vocale. La dynamique respiratoire est nettement influencée par la liberté de mouvement élastique du diaphragme, le muscle qui sépare la cage thoracique de l'abdomen. Pour cette raison, un fonctionnement intestinal satisfaisant est nécessaire au travail du diaphragme. En outre, un bon fonctionnement de l'intestin est une  garantie de défense contre les infections, en réduisant les baisses de voix que celles-ci causent et en permettant une bonne absorption des nutriments nécessaires à l'énergie dépensée même dans le travail de la voix.
 
Le travail de la voix s’appuie également sur la musculature posturale du corps, y compris sur des scènes contemporaines de chant. Costumes, talons, choix scénographiques peuvent devenir un risque complémentaire : une préparation physique constante est une autre règle de prévention pour éviter une baisse de la voix.
 
Mais la mesure de prévention qu'il est indispensable de respecter est le maintien d'un niveau de lubrification adéquat du larynx, en particulier de la muqueuse des cordes vocales : une hydratation adaptée, un équilibre hormonal satisfaisant, une bonne respiration nasale, en évitant les atmosphères trop sèches ou poussiéreuses. L'apport de substances naturelles n'est pas à négliger. Parmi celles-ci, l'Erysimum, appelée « herbe aux chantres » (Erysimum officinale L.) connue depuis l'Antiquité, qui présente des effets apaisants très utiles pour contrôler la sécheresse et l'irritation du tractus vocal.
             
 
Référence :
Calcinoni O., 2017. Sisymbrium “Singers’ Plant” Efficacy in Reducing Perceived Vocal Tract Disability.
Journal of Otolaryngology - ENT Research : 8(2) ; 00243.
https://medcraveonline.com/JOENTR/JOENTR-08-00243.php
 

Ajouter à mes favoris

Articles associés