Vous êtes ici

Crise de paresse du côté intestinal

Ralentissement du transit

Quand on constate un ralentissement du transit, il convient de s’interroger sur la cause. Et d’éviter les interventions intempestives, susceptibles d’irriter le côlon. Agnès Mauroux, pharmacien, nous donne ses solutions pour rétablir la situation. Tout en douceur !

Quand on constate un ralentissement du transit, il convient de s’interroger sur la cause. Agnès Mauroux, pharmacien, nous donne ses solutions pour rétablir la situation.

Naturactive : – On constate fréquemment un ralentissement du transit lors d’un voyage, pourquoi ?
Agnès Mauroux : – Le problème vient du changement d’habitudes, car l’intestin fonctionne sur la régularité. Le stress est aussi un facteur majeur. C’est une des raisons pour lesquelles les femmes viennent nous demander conseil plus souvent que les hommes.
 
- Rien de grave, en général…
- En effet, s’il s’agit d’un trouble fonctionnel passager. Toutefois, dans l’éventualité d’une maladie grave, nous posons toujours la question des symptômes associés. S’il y a nausées, douleurs, présence de sang…, la personne doit consulter sans attendre.
 
- La “paresse” de l’intestin n’a-t-elle pas souvent une origine alimentaire ?
- Oui, on connaît bien les effets du riz, des carottes, des bananes… Je signalerai aussi certains légumes, chou, céleri, radis, les viandes en sauce, les œufs frits, les pâtisseries à la crème, les confiseries… Le chocolat est redoutable ! Parmi les causes possibles, il faut penser aussi à un traitement médical.
 
- Certains médicaments sont responsables de constipation ?
- Oui, en particulier les sirops antitussifs, les antiacides, antidépresseurs et neuroleptiques, histaminiques, corticoïdes… La liste est longue !
 
- Quelles sont les conséquences d’une prise prolongée de laxatifs ?
- À long terme, certaines fibres peuvent induire une irritation de l’intestin. Plus grave est l’abus de certaines molécules chimiques, qui peut donner lieu à la maladie des laxatifs.
 
- La relance du transit va aussi passer par une alimentation…
- …riche en résidus ! C’est le cas avec des fruits frais ou secs (raisin, pruneaux, figues…), du pain complet, un peu de crudités à l’huile d’olive… Certains légumes (topinambours, pommes de terre froides…) ont un effet important sur le transit.
 
- Il vous arrive de conseiller des plantes digestives ?
- Après un repas trop lourd ou un abus de chocolat, le Romarin peut être indiqué ponctuellement.
 
- D’une manière générale, que recommandez-vous pour éviter les “accidents de transit” ?
- Le premier conseil, on l’a vu, est de consommer suffisamment de fibres en mangeant à chaque repas des légumes et des fruits crus ou cuits. Le deuxième est de boire beaucoup d’eau, un litre et demi entre les repas. Aller à la selle tous les jours à la même heure, c’est important. Enfin pratiquer une activité physique, en particulier la marche. Selon moi, ces mesures d’hygiène de vie sont essentielles pour rééduquer le transit intestinal

Ajouter à mes favoris

Articles associés