Vous êtes ici

Chardon Marie : faut-il croire à ses vertus ?

chardon marie

Les marques qui font foi

La croyance religieuse populaire a fait de cette “mauvaise herbe” un beau symbole de tendresse maternelle. Les nervures blanches de ses feuilles seraient la marque des gouttes de lait tombées du sein de la Vierge Marie, lorsque fuyant devant les soldats d’Hérode Antipas, elle allaitait l’enfant Jésus, cachée parmi des touffes épineuses. Le nom familier de la plante perpétue cette légende dans tout l’occident chrétien.
 

Du même domaine que l’Artichaut

De son nom botanique Silybum marianum Gaertn., le Chardon Marie est comestible : ses boutons floraux, riches en sucres, se dégustent cuits, comme ceux de l’Artichaut. Ses propriétés médicinales sont situées depuis l’Antiquité dans le domaine de la digestion. Le naturaliste Pline l’Ancien rapporte que le suc de la plante, additionné de miel, s’utilise pour “éliminer les excès de bile”.
 

Ses vertus

D’usage traditionnel en Europe, la plante fait actuellement l’objet de nombreuses études quant à ses propriétés. La prise d’extrait de Chardon Marie peut intéresser notamment lors des changements de saison.

Ajouter à mes favoris

Articles associés