Vous êtes ici

Seins douloureux, faut-il s’inquiéter ?

Seins douloureux

Le plus souvent, les sensations douloureuses répétées ont une origine hormonale, nous rassure le Docteur Esnault, Rien à voir avec les petits signes suspects auxquels toute femme doit être attentive.

Naturactive : - Les femmes sont-elles nombreuses à souffrir des seins ?
Dr Esnault : - Oui, la mastodynie est un motif de consultation fréquent. Mais la glande mammaire n'est pas forcément en cause. La douleur peut avoir une origine intercostale, veineuse, ou même psychologique, car le sein est un organe très affectif.

- Qu'appelez-vous une douleur intercostale ?
- C'est une douleur profonde, permanente, de type brûlure ou décharge électrique, irradiant fréquemment à gauche. En fait, sa source se situe dans le dos, en général à la 4e vertèbre dorsale. On voit cela souvent chez des femmes qui travaillent assises dans une mauvaise position.  La sensation est pénible, angoissante... mais pas du tout grave !

- Les seins sont sensibles aux problèmes veineux ?
- Oui, le tissu de soutien peut être congestionné. Cela fait mal en particulier aux changements de saison, en même temps qu'il y a lourdeur des jambes, hémorroïdes...

- Dans les cas les plus fréquents, la tension des seins n'est-elle pas liée au cycle menstruel ?
- Si, tout à fait. La sensation est bien reconnaissable : c'est lourd, c'est chaud, cela empêche de faire du sport... Mais cet inconfort est aussi fréquent en début de grossesse ; il disparaît à la fin du 3e mois. Chez une femme qui commence un traitement contraceptif, c'est peut-être le signe que celui-ci est mal adapté.

- Contre ces douleurs cycliques,  que conseillez-vous à vos patientes ?
- Le plus souvent, les troubles apparaissent après l'ovulation, et le soulagement se fait sentir à l'approche des règles. S'agissant du syndrome prémenstruel,  la tension mammaire s'accompagne de signes tels que nervosité, insomnie, prise de poids... Ces femmes ont besoin d'un rééquilibrage entre œstrogènes et progestérone.

- Et si l'arrivée des règles n'apporte pas de soulagement ?
- En effet, chez les femmes qui ont mal dès le milieu du cycle, la tension peut persister jusqu'au 3e jour des règles. La plupart du temps, le problème est dû à une production excessive de prolactine, l'hormone qui favorise la montée laiteuse.

- Sans s'obnubiler sur le risque de cancer, il faut aussi y penser.
- Naturellement, les seins sont à surveiller. L'apparition d'un nodule doit être signalée aussitôt. Et si on éprouve des petites sensations bizarres, inhabituelles, des picotements remontant vers la surface, comme une fourmi qui marche..., il ne faut pas hésiter à en parler.

- Un dernier conseil ?
- Pour le confort et la santé de vos seins, surveillez votre poids. Évitez le tabac et l'alcool, surtout la bière.

Examen des seins : à quelle fréquence ?
Autopalpation :
1 fois par mois après les règles.
En consultation :
- Avec ou sans contraception : 1 fois par an.
- Grossesse : 1 fois par mois chez l'obstétricien.
- Ménopause : 1 fois par an chez le gynécologue - mammographie gratuite
tous les 2 ans de 50 à 74 ans.

Pour en savoir plus : Comment agissent les acides gras de l'huile d'Onagre ? Les réponses du Docteur Catherine Leduc-Sauve, médecin gynécologue, sur l'efficacité de ces acides gras pour soulager les troubles prémenstruels.  

Ajouter à mes favoris

Articles associés