Vous êtes ici

Prévention urinaire : ce qu’il faut savoir très tôt

Anticiper les troubles urinaires

Comment est faite notre anatomie ? Que signifient certaines sensations ? Si nous savions tout cela dès le début de notre vie de femme, nous éviterions plus facilement les « soucis urinaires » à répétition. Écoutons les conseils que le Docteur Bonal, gynécologue, donne aux jeunes femmes qui viennent la consulter.

Naturactive : – Beaucoup de femmes ont des ennuis sur le plan urinaire ?
Dr Bonal : – Oui, la question de la cystite est fréquente. Si le problème devient récidivant, c’est un vrai souci. Il y a un inconfort réel et inquiétant qui peut retentir sur la qualité de la vie quotidienne et intime. Le recours aux antibiotiques ne doit se faire qu’à bon escient. C’est pourquoi nous faisons une grande place à la prévention.
 
– Quel est votre premier conseil ?
– J’apprends aux femmes à écouter leur corps, afin de réagir dès les premiers signes : une impression de gêne, de brûlure à la miction, ou plus souvent une lourdeur dans le bas ventre. Les femmes attentives à leurs sensations corporelles doivent alors augmenter leur quantité de boisson et prendre des mesures appropriées.
 
– Écouter notre corps, c’est aussi penser à la “pause-pipi” !
– En effet certaines femmes semblent oublier les besoins élémentaires du corps. Ce comportement, assez spécifiquement féminin, est lié à la pression quotidienne au travail ; il est également dû au manque d’hygiène dans les lieux publics. En milieu scolaire, c'est aussi le manque de sécurité qui dissuade les jeunes d’aller aux toilettes.
 
– Quelles sont les conséquences de cet « oubli » ?
– La vessie sous tension est en souffrance. De plus, en l’absence de vidange, les germes s’accumulent.
 
– Que dites-vous aux « femmes pressées » ?
– Pensez à vous rendre aux toilettes plusieurs fois par jour, et donnez-vous le temps de bien vider la vessie – sans forcer pour aller plus vite ! Détail à rappeler : après une selle, l’essuyage se fait vers l’arrière, pour éviter d’amener des germes intestinaux vers la vulve et l’orifice urinaire.
 
– Vos conseils aux très jeunes femmes concernent surtout la sexualité ?
– Oui, car beaucoup souffrent de cystite lors des premiers rapports. Je les invite à mieux connaître leur anatomie et à prendre conscience de la zone périnéale. Le contrôle des muscles du périnée permet des rapports non douloureux, donc un moindre risque d’inflammation de l’urètre. Je rappelle enfin de vider la vessie avant, pour diminuer la pression interne, et après, pour évacuer les germes.
 
– Et pour ce qui est de l’hygiène intime ?
– L’emploi d’un savon approprié évite d’irriter les muqueuses. Par ailleurs, il faut signaler le rôle de l’alimentation et de l’hygiène de vie dans la prévention des problèmes urinaires.
 

Ajouter à mes favoris

Articles associés