Vous êtes ici

La vessie plus vulnérable à la ménopause

vessie et ménopause

Les infections urinaires semblent plus fréquentes en période de ménopause.

Naturactive : – Quelle est l’incidence de la ménopause sur les infections urinaires ?
Dr Colls : – Les changements hormonaux induisent une transformation importante au niveau vaginal. On constate une perte de trophicité, donc une sécheresse de la muqueuse, ainsi qu’une modification de la flore locale. Or cette flore fait partie du système de défense naturel de l’organisme féminin. Son déséquilibre permet l’installation de germes pathogènes, susceptibles de proliférer et de contaminer la vessie.

– Comment lutter contre la sécheresse vaginale ?
– En dehors du traitement hormonal par voie orale, préconisé en l’absence d’antécédents de cancer hormono-dépendant, on peut recourir à l’application de trophiques locaux. La phytothérapie propose de nombreuses solutions permettant d’améliorer l’état de la muqueuse.

– Existe-t-il d’autres facteurs en cause ?
– L’anatomie peut se modifier, en particulier chez les personnes corpulentes. La proximité de l’urètre et du vagin s’accentue, ce qui augmente de façon problématique la prédisposition féminine aux infections.

– Quels sont les symptômes qui amènent les femmes à consulter ?
– Les signes cliniques sont très divers. Les manifestations d’irritation sont bien connues. D’autres sont plus déguisées, comme les douleurs du pelvis et de la vessie. On découvre aussi des infections bactériennes sans symptômes. Cette contamination constitue une contre-indication pour une opération orthopédique, par exemple.

– Les récidives sont-elles fréquentes ?
– Oui, les rechutes peuvent être très rapprochées : moins d’un mois chez certaines patientes. Les colibacilles ont une très grande facilité à coloniser l’urothélium, tissu tapissant l’urètre et la vessie.

– Quelles sont les possibilités de traitement ?
– L’action des antibiotiques est efficace, mais on se confronte à des phénomènes de résistances et à des effets secondaires. D’autre part, dans les cas difficiles, on court le risque de voir le problème devenir chronique.

– Il est important de boire beaucoup d’eau ?
– Oui, le meilleur moyen de défense naturelle est l’hydratation, suivie d’une vidange régulière de la vessie. Il est raisonnable de boire 1 litre 1/2 dans la journée.

– Vous incitez vos patientes à une prise en charge responsable…
– Oui, notamment en luttant contre la constipation. En effet, la stagnation des coliformes dans le côlon favorise les récidives. On conseille une alimentation riche en fibres, complétée par des probiotiques adaptés.
 

Ajouter à mes favoris

Articles associés